samedi 2 avril 2016

Sans titre de noblesse - Raymond Devos



Petite trouvaille
 
Sans titre de noblesse de Raymond Devos
 
 
 
Re-bonjour à toutes et à tous.

La seconde chronique, aujourd'hui, portera un roman que j'ai eu le bonheur de trouver dans une brocante durant ma petite semaine de vacances en Normandie. Ce roman s'intitule Sans titre de noblesse et est écrit par le maître des mots, le maître du jeu de mots, Raymond Devos.
 
 
A. Caractéristiques du roman
 
Titre =  Sans titre de noblesse
 
Auteur =  Raymond Devos
 
Edition - Collection = Collection Livre de Poche, n° 30749
 
Date de première parution = 2007
 
Nombre de pages =  176 pages

Ma note pour le livre =  15/20
 
 
B. Petit mot sur l'auteur
 
Raymond Devos est né à Mouscron le 09 novembre 1922 et est décédé à Saint-Rémy-lès-Chevreuse le 15 juin 2006, suite à plusieurs AVC.                 
Enfant, Raymond Devos rêve d'être un artiste. Il se découvre très tôt un don pour raconter des histoires. Sa soif de connaissance est immense et, longtemps après avoir arrêté ses études, il continue à faire preuve d'une curiosité qui n'a d'égale que sa volonté d'apprendre.
 
Elevé dans une famille de mélomanes, il joue lui-même de la harpe, de la clarinette, du piano... Il commence à suivre des cours de théâtre, qui sont interrompus par la guerre. Raymond Devos est soumis au service du travail obligatoire. Loin de se résigner, il organise quelques spectacles improvisés au bon plaisir de ses compagnons d'infortune.
 
Désireux d'écrire ses propres textes, il s'essaye au one man show où il met en exergue son don indéniable pour les jeux de mots. Il s'approprie la langue française pour lui insuffler une note poétique.
 
Le succès est au rendez-vous et Raymond Devos multiplie les apparitions dans les salles de spectacles, accompagné de son fidèle pianiste. Les plus grandes salles l'accueillent : Bobino, l'Olympia...
 
Musicien, mime, jongleur, équilibriste, ce comique aux talents multiples a réalisé son rêve en devenant un artiste unique, reconnu et apprécié.
 
C. Description de l'œuvre (Livre de Poche)
 
Un soir de Noël, on trouve dans l'église d'un petit village un enfant abandonné dans la crèche, près du petit Jésus.

Il est confié au baron Louis Charles Maximilien de La Touche et à son épouse. Ainsi débute l'existence très mouvementée de Clément de La Touche, qui, en compagnie de son majordome Amédée, ira de tribulations en tribulations, toutes plus cocasses les unes que les autres.
 
On retrouve dans ce roman épique et picaresque l'univers incomparable de Raymond Devos, plus enchanteur que jamais.

D. Mon avis sur le roman
 
Quand j'ai trouvé ce roman dans un carton de vente d'une brocante, j'étais aux anges, car, appréciant énormément le talent de Raymond Devos et ses sketchs cultes (je dois avouer que mon préféré est "Le possédé du percepteur").
 
Dès le début du roman, nous retrouvons l'univers loufoque du maître Devos, et nous retrouvons ce grain de folie tout au long du roman. Il conte l'histoire d'un jeune comte, complètement loufoque, à la limite de la folie qui, à la mort de son père (adoptif), hérite de son grand domaine. S'ensuivent une série de tableaux, tous plus absurdes les uns que les autres, à l'image de leur auteur.
 
Je n'aurais qu'un seul petit regret à formuler : de la part de Raymond Devos, je m'attendais à trouver dans ce roman des jeux de mots dont seul M. Devos avait le secret. Malheureusement, mis à part quelques petits jeux de mots par-ci, par-là, le style demeure assez simple et linéaire.

Néanmoins, la loufoquerie du personnage principal nous permet de passer un bon moment de lecture et les scènes un peu cocasses nous feraient parfois penser à du Beckett ou à du Ionesco (enfin, selon moi).
 
 
 

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire