dimanche 11 octobre 2015

Michel Audiard




Quel cinéma !
 
Michel Audiard
 
 
 
Parmi tous les centres d'intérêts que je voulais vous présenter dans ce blog, le cinéma occupe une bonne place. Toutefois, je ne parlerai pas de n'importe quel cinéma : je parlerai de celui que l'on nomme le cinéma de papa, le vieux cinéma français qui eut cours entre les années 40 et les années 70-80.
 
 
Un des grands représentants de ce cinéma est un immense dialoguiste dont on parle encore aujourd'hui, trente ans après sa disparition : il s'agit de MICHEL AUDIARD.
 
 
Michel Audiard reste encore aujourd'hui le plus connu des dialoguistes du cinéma français. Il avait comme caractéristique de faire sortir le cinéma de l'ordinaire en utilisant des mots du langage populaire (sans pour autant verser dans l'argot).
 
Il fut le dialoguiste de plus d'une centaine de films dont certains restent des grands classiques du cinéma français, j'en veux pour exemple la liste suivante :
 
* Les Tontons Flingueurs de Georges Lautner (avec Lino Ventura et Bernard Blier)
* Les Barbouzes de Georges Lautner (avec Lino Ventura et Bernard Blier) 
* Un taxi pour Tobrouk de Denys de la Patellière (avec Lino Ventura et Charles Aznavour)
* Garde à vue de Claude Miller (avec Lino Ventura et Michel Serrault)
* Trois films de Maigret de Jean Delannoy (avec Jean Gabin)
* Le Pacha de Georges Lautner (avec Jean Gabin)
* Mélodie en sous-sol d'Henri Verneuil (avec Jean Gabin et Alain Delon)
* Un singe en hiver d'Henri Verneuil (avec Jean Gabin et Jean-Paul Belmondo)
...et j'en passe et des meilleurs
 
 
Photo de la "Scène de la cuisine" dans Les Tontons Flingueurs
 
 
Il fut également le réalisateur de plusieurs films qui ont pour caractéristique commune d'avoir les titres les plus longs jamais portés par des films français (record que personne n'a jamais pu égaler depuis)
 
* Faut pas prendre les enfants du Bon Dieu pour des canards sauvages
* Elle fume pas, elle boit pas, elle drague pas... mais elle cause (avec Annie Girardot)
* Comment réussir quand on est con et pleurnichard (avec Jean Carmet)
 
 
 
Il est également l'auteur de très grandes répliques que l'on retient encore aujourd'hui :
 
- Tu te rends comptes ! En pleine paix ! Il chante et puis crac ! un bourre-pif, mais il est complètement fou, ce mec ! Mais moi, les dingues, j'les soigne ! J'vais lui faire une ordonnance, et une sévère ! J'vais lui montrer qui c'est Raoul ! Aux quatre coins de Paris qu'on va le retrouver éparpillé par petits bouts, façon puzzle ! Moi quand on m'en fait trop je correctionne plus ! Je dynamite, je disperse, j'ventile...  (Bernard Blier dans Les Tontons Flingueurs)
 
- Les cons, ça ose tout. C'est même à ça qu'on les reconnaît ! (Lino Ventura dans les Tontons Flingueurs)
 
- Quand on mettra les cons sur orbite, t'as pas fini de tourner ! (Jean Gabin dans Le Pacha)
 
- Si la connerie n'est pas remboursée par les assurances sociales, vous finirez sur la paille. (dans Un singe en hiver)
 
- Quand les types de 130 kilos disent certaines choses, ceux de 60 kilos les écoutent.  (dans 100.000 dollars au soleil)
 
 
Bref, pour ceux qui veulent en connaître plus sur ce génie du cinéma français (qui était cependant raillé par les cinéastes de la Nouvelle Vague), je vous enjoins à regarder un excellent documentaire sur lui, diffusé ce soir, dimanche 11 octobre, sur la chaîne Arte, aux alentours de 22H15.


 
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire